Sauter

Conjuguer cuisine et herboristerie - 1re partie

Conjuguer cuisine et herboristerie - 1re partie

Par Jonathan Léger-Raymond

Les arts de la cuisine et de l’herboristerie font heureux ménage. En effet, les plantes médicinales peuvent rehausser ou transformer les saveurs d’un repas tout en ajoutant leurs vertus thérapeutiques à la nourriture.

De son côté, l’art culinaire rend amusante et agréable la consommation quotidienne de remèdes herboristes. Connaître les différentes manières d’utiliser les plantes médicinales multiplie les manières de les intégrer à la cuisine et de bénéficier de leurs vertus.

Plantes carminatives
On retrouve les carminatives en cuisine sous les appellations de fine herbes et d
’aromates. Elles se cultivent facilement à même votre balcon puisqu’on a besoin d’utiliser qu’une petite quantité à la fois.

Les plantes carminatives contiennent toutes des huiles essentielles, lesquelles stimulent lappétit et la digestion tout en prévenant les gaz intestinaux et les putréfactions. Les huiles essentielles étant volatiles, il est préférable d’utiliser ces plantes fraiches, autant que possible.

Exemples de plantes carminatives :
ajwain, aneth, anis étoilé
e, asa-fœtida, basilic, cannelle, cardamome, céleri, coriandre, cumin, estragon, fenouil, gingembre, girofle, hysope, lavande, laurier, livèche, marjolaine, menthes, moutarde, muscade, romarin, sauge et bien d’autres.

Propriétés des épices courantes
Vous ne soupçonnez peut-être pas les propriétés de certains aromates qui se retrouvent fort probablement dans vos armoires :

Basilic
Le basilic rétablit l
appétit lorsque la digestion est entravée par les émotions. De plus, c’est une plante antispasmodique et diaphorétique, c'est-à-dire qui favorise la sudation lors de fièvres.

Cannelle
La cannelle élimine les parasites, combat le
Candida albicans et réchauffe l’organisme. Elle stimule un peu le cœur tout en apaisant le système nerveux. La cannelle stabilise la glycémie, soulage les nausées et procure un léger effet aphrodisiaque.

Cayenne
Elle stimule instantanément la circulation périphérique, réchauffant les extré
mités et augmentant la thermogenèse. La cayenne combat les parasites. Appliquée à l’externe sous forme d’huile infusée, la cayenne estompe la sensation de douleur en éliminant la substance responsable de la transmission du message de la douleur vers le cerveau.

Curcuma
Antioxydant, le curcuma purifie le lait maternel et le sang. Mé
langé au miel, il soigne les maux de gorge. Anti-inflammatoire, il élimine par ailleurs les bactéries et les parasites du tractus digestif, ce qui est salutaire en cas de diarrhée amibienne ou de gastro-entérite, notamment. On l’applique également sur les blessures ouvertes et les inflammations de la peau. Plus le curcuma est vieux, plus il est efficace, même sous forme de poudre.

Fenouil
C
’est un antispasmodique et carminatif puissant qui apaise les crampes et évacue et prévient efficacement les gaz intestinaux. Les femmes allaitantes connaissent bien le fenouil en tisane pour favoriser la lactation ainsi qu’éviter les coliques et les gaz chez le bébé.

Romarin
Il stimule la circulation sanguine, particuli
èrement au niveau des artères irriguant le cerveau. Le romarin est ainsi une alternative efficace aux stimulants car il évite de surexciter le système nerveux.

À suivre dans une deuxième partie!